Centre de connaissances de BenQ

Processus de vérification logicielle dans Photoshop : imprimer des couleurs homogènes

Glyn Dewis
2018/01/02

Beauty,Portrait Photographer/ UK

Glyn Dewis is a photographer, author and educator currently based just outside of Oxford in the UK.

La vérification logicielle dans Photoshop

Maintenant que nous avons vu le processus de vérification logicielle dans Lightroom, voyons comment faire la même chose avec Photoshop.

Étape 1 :

Dans Photoshop, ouvrez une photo que vous avez déjà retouchée et que vous souhaitez imprimer. Ensuite, allez dans IMAGE > DUPLIQUER… et donnez un nom à l’image dupliquée dans la boîte de dialogue (donnez de préférence un nom du type COPIE DE VÉRIFICATION pour vous rappeler quelle image correspond à la vérification logicielle).

À présent, nous allons configurer l’espace de travail de sorte que l’image d’origine soit affichée à gauche et que la copie de vérification apparaisse à droite, de la même manière qu’avec Lightroom. Pour ce faire, cliquez sur l’onglet de l’image d’origine puis allez dans FENÊTRE > RÉORGANISER > 2 VIGNETTES VERTICALES (schéma 13).

L’image d’origine se trouve maintenant du côté gauche et la copie de vérification, du côté droit (schéma 14)

Étape 2 :

Allez dans AFFICHAGE > FORMAT DE VÉRIFICATION > PERSONNALISÉ… (schéma 15)

Ce menu présente une liste de tous les profils ICC que vous avez installés ainsi que quelques autres profils, comme ceux que vous avez créés en étalonnant votre moniteur, etc. À présent, il ne nous reste plus qu’à choisir le profil ICC correspondant au papier ou support sur lequel vous souhaitez imprimer votre image. Le processus est exactement le même que celui dont nous avons parlé pour Lightroom, mais cette fois vous pouvez utiliser toutes les fonctions offertes par Photoshop pour que la copie de vérification ressemble à l’image d’origine (vue Avant) située sur la gauche.

Quand cela est fait, il ne vous reste plus qu’à enregistrer la copie retouchée et à l’envoyer à votre labo photo préféré.

Questions–Réponses

Voilà donc les grandes lignes de la vérification logicielle et du processus que j’utilise (dans Lightroom) pour obtenir à chaque fois les meilleurs résultats possible.

Quand j’ai parlé de ce processus pendant une diffusion en direct sur ma chaîne YouTube, j’ai reçu de nombreuses questions dans le chat en ligne et je tenais à regrouper ici quelques-unes des questions les plus courantes pour y répondre :

Question 1 : Est-ce que vous augmentez la netteté de vos images ?

Si vous avez vu mes vidéos de retouche, vous aurez sûrement remarqué que j’augmente la netteté de manière sélective pour attirer l’attention sur certaines parties de l’image et pour donner une plus grande profondeur à l’ensemble. Cependant, j’augmente aussi la netteté de l’image dans sa totalité en l’exportant à partir de Lightroom avant de l’envoyer à imprimer. Lightroom propose 3 niveaux pour accentuer la netteté au moment de l’exportation : Faible, Standard et Élevé. Le niveau que j’utilise dépend du support sur lequel je compte imprimer mes images, mais en règle générale on pourrait dire que : pour une impression sur toile, j’utilise le niveau Élevé, pour du papier ordinaire j’utilise le niveau Intermédiaire et pour des supports en métal ou en aluminium, le niveau Faible.

Question 2 : Est-ce que vous exportez vos images en sRGB avant de les envoyer au labo photo ?

En un mot, non. L’imprimerie avec laquelle je travaille, Loxley Colour, peut parfaitement imprimer des images en Adobe RGB. Et comme je prends mes photos en Adobe RGB et que je les retouche aussi en Adobe RGB avec Lightroom et Photoshop, j’utilise le même mode pour l’impression. Personnellement, je trouve plus logique de rester cohérent du début à la fin quand il s’agit de la couleur et de l’impression.

Question 3 : Le labo auquel j’envoie mes fichiers me propose de corriger gratuitement les couleurs de mes photos avant de les imprimer. Est-ce une bonne idée ?

La réponse est claire et nette, NON ! Si vous avez étalonné votre moniteur et que vous suivez le processus de vérification logicielle, ne demandez pas au labo photo d’effectuer une seconde correction des couleurs. Vous avez déjà fait tout ce que vous pouvez pour obtenir des tirages de qualité et laisser le labo de retoucher les couleurs ne fera qu’aggraver les choses.

Question 4 : Y a-t-il un profil ICC sûr/général que je peux utiliser quand mes clients souhaitent imprimer eux-mêmes mes photos ?

Encore une fois, non. Les profils ICC sont créés par des fabricants, pour des combinaisons papier-imprimante spécifiques, ou fournis par la plupart des labos photo en tenant compte des types de papiers qu’ils utilisent. À mon avis, si vous ne savez pas comment vos clients comptent imprimer vos images, il vaut mieux ne pas utiliser de profil ICC du tout.

Question 5 : J’ai installé un profil ICC, mais l’option « Simuler le papier et l’encre » est grisée. Pourquoi ?

Les profils ICC ne sont pas tous égaux. Ce que je veux dire par là est que les profils ICC ne sont pas tous compatibles avec cette option.

Question 6 : Si vous envoyez beaucoup de photos au labo et que vous voulez les imprimer sur différents supports, comment est-ce que Loxley peut savoir quelle image va avec quel support ?

Cela dépend du nom que je donne à chaque fichier avant de l’envoyer au labo. Par exemple, je peux nommer mes fichiers de cette manière : « nom_taille_profil/papier », et par « papier », je veux parler de quelque chose comme : « brian_24x16_LoxleyColour-Aluminium

Étant donné que Loxley Colour ne reçoit que le fichier que je souhaite imprimer, le fait de les nommer selon cette logique m’aide à me rappeler de la taille et du type de papier que j’ai choisi pour chaque tirage.

En savoir plus sur la précision des couleurs

TOP