Centre de connaissances de BenQ

Travailler dans la chambre noire numérique

mark wood
Mark Wood
2018/11/13

Photographe commercial et artistique au Royaume-Uni

Le photographe Mark Wood partage son temps entre son travail de photographie commerciale et l’enseignement, tout en s’assurant de trouver du temps pour ses projets personnels. Mark a étudié la gravure ; il employait des techniques traditionnelles de gravure et de lithographie afin de produire des tirages d’art, avant de passer à l’impression numérique au milieu des années 90.

En savoir plus sur Mark Wood

J’enseigne la gestion des couleurs sous différentes configurations depuis des décennies. Je trouve le juste équilibre dans un paysage complexe entre le besoin de formulations simples, les termes ésotériques et les acronymes utilisés dans la rédaction technique. Le titre complet de cet article pourrait être : « Dois-je travailler dans la lumière ou fermer mes rideaux lors de l’utilisation de Photoshop? »

Travailler dans une chambre noire numérique ne veut pas dire être dans l’obscurité totale.






Figure 01 : Travailler dans une chambre noire numérique ne veut pas dire être dans l’obscurité totale.

 

Pour ce qui est du post-traitement, la plupart des conseils, y compris le mien, recommandent d’effectuer l’édition photographique dans une faible luminosité ; c’est un sujet que j’ai déjà abordé.

Conditions pour une chambre noire numérique.

Pour profiter au maximum de la plage dynamique de votre moniteur, vous devez configurer une chambre noire numérique répondant aux spécifications suivantes :

I) Réglez les niveaux de lumière ambiante au sein d’une plage allant de 4 à 16 Lux. Il n’est pas nécessaire d’être dans l’obscurité totale, cependant plus la pièce est sombre, mieux c’est. Au-dessus de 16 Lux, la pièce serait suffisamment lumineuse pour nuire à la plage dynamique du moniteur.

1 Lux peut être décrit comme l’équivalent de la luminosité du clair de lune, supposons qu’il s’agisse d’une pleine lune au milieu de la nuit. Notez que la luminosité du clair de lune perçue augmente à mesure que vos yeux s’adaptent à la vision nocturne. Une autre façon d’évaluer la lumière ambiante consiste à vérifier si vous pouvez lire un texte imprimé dans une pièce sombre lorsque vous vous tenez éloigné(e) de la lumière de votre moniteur. Si le texte est juste à peine lisible, le niveau de lumière ambiante est bon.

II) Assurez-vous que les portes ou les rideaux et stores de fenêtres ne laissent pas pénétrer la lumière du soleil. Une lumière vive, y compris un moniteur réglé au-dessus de 120 cd/m2, gâchera votre vision sous une faible luminosité.

III) La pièce doit être éclairée artificiellement avec une source d’éclairage indirecte et diffuse qui n’est pas dans le même champ de vision que le moniteur. Dans la Figure 01, la lumière devrait vraiment être plus éloignée du moniteur. Le moniteur doit être protégé de manière à éviter toute réflexion. Les moniteurs de la série SW de BenQ sont livrés avec un pare-soleil qui doivent être utilisés. La lumière artificielle doit avoir une température de couleur de 5 000 K (Kelvin)

IV) La pièce doit être peinte dans une couleur neutre, telle que le gris Munsell 8. Le plafond peut être utilisé comme diffuseur de lumière et doit donc être d’un blanc neutre (pigment à base de titane).

V) Ne placez pas d’objets colorés à proximité du moniteur et ne portez aucun vêtement de couleur vive pendant l’édition. De telles couleurs peuvent affecter la perception des autres couleurs environnantes.

VI) Définissez le fond d’écran de votre affichage dans un gris neutre. Pour ce faire, appuyez sur la touche F de votre clavier dans Photoshop. Lorsque vous évaluez une image, appuyer sur la touche TAB supprimera tous les autres éléments gênants de l’interface Photoshop. Dans Lightroom, l’utilisation de Lights Out vous fournira le même résultat. Choisissez Window > Lights Out > Lights Off ou appuyez sur la touche L de votre clavier pour passer en mode Lights Out.

Évaluer des impressions

Les couleurs perçues pour une impression dépendent de l’éclairage utilisé. Les cabines à lumière fournissent une source d’éclairage à la luminosité adaptée qui corrige les couleurs, de sorte que les nuances de couleurs exactes puissent être observées. Une cabine permet également de voir toutes les étapes d’un changement de ton ; ceci est particulièrement important dans les zones d’ombre d’une impression. Les cabines à lumière professionnelles sont chères, mais l’on trouve des instructions pour en fabriquer soi-même sur de nombreux sites Internet.

Utiliser la lumière naturelle pour évaluer les impressions est idéal, mais si vous utilisez un éclairage artificiel, les lumières doivent être équilibrées avec la lumière du jour.

Figure 02 :  utiliser la lumière naturelle pour évaluer les impressions est idéal, mais si vous utilisez un éclairage artificiel, les lumières doivent être équilibrées avec la lumière du jour.

 

Les bandes d’indicateurs lumineux RHEM® indiquent les bonnes conditions de visualisation D50 (lumière du jour) et peuvent être achetées pour déterminer si les conditions d’éclairage sont remplies.

Une illustration des indicateurs lumineux PIA/GATF RHEM® a été incluse (en Figure 03) pour montrer le fonctionnement d’une bande RHEM. Si des rayures sont visibles, la lumière ambiante n’est pas de 5 000 K.

Indicateurs lumineux PIA/GATF RHEM® : Si des rayures sont visibles, la lumière ambiante n’est pas équilibrée avec la lumière du jour

Figure 03 : Indicateurs lumineux PIA/GATF RHEM® : Si des rayures sont visibles, la lumière ambiante n’est pas équilibrée avec la lumière du jour.

 

 

L’élément principal réside dans l’affichage de couleurs étalonné et profilé, tel que celui de l’excellente Série SW de BenQ, mais nous sommes tous humains et pouvons même percevoir les couleurs différemment lorsque nous sommes fatigués. Travailler en chambre noire devrait être réservé aux aspects les plus importants en matière de couleur au cours du processus de production photographique. Toutefois, l’intégration de fichiers, de mots clés et de sous-titres, les sauvegardes et les simples réglages d’exposition peuvent être effectués à la lumière du jour, en se référant à des histogrammes et des courbes.

En tant que photographe basé au Royaume-Uni, je ne suis que trop conscient du fait que les prises de vue en extérieur dépendent des conditions météorologiques changeantes. De plus, lors du post-traitement, la baisse et l’augmentation de la lumière ambiante lorsque les nuages masquent le soleil modifient subtilement ma perception des tons et de la couleur d’une photo à l’écran.

Pour moi, il est préférable de faire autant de travail de post-traitement à la lumière du jour que possible, puis de passer dans des conditions de chambre noire numérique pour de courtes périodes. Le plaisir de la gestion des couleurs grâce à une lumière artificielle équilibrée et à un moniteur de qualité supérieure réside dans le fait que, lorsque mes impressions sont réalisées, je peux entrer dans la lumière du jour et évaluer la qualité de ma gestion des couleurs dans des conditions réelles, sans trop de surprises.

En savoir plus sur la précision des couleurs

TOP